Les urgences vitales


Une urgence vitale est définie par une situation où la vie du patient est en danger et où il risque de décéder faute de soins rapides et adaptés.  Dès l’apparition de signés cliniques évocateurs d’une situation d’urgence, il faut sans hésitations appeler les secours, le 15 ou le 112


Symptômes à connaitre et à repérer  (1)

Difficultés pour respirer
> Douleurs de la partie haute de l’abdomen
Douleurs thoraciques ou sensation d’oppression
Evanouissements, Malaises
Vertiges soudains, faiblesses ou troubles visuels
Modification du comportement, confusion, difficultés pour marcher
Douleurs sévères et brutales de n’importe quelle partie du corps
Saignement qui ne s’arrête pas après 10 minutes de compression
Vomissements sévères ou persistants
Toux ou vomissements de sang
Idées suicidaires

(1) https://www.sfmu.org/fr/public/03  

L’arrêt cardio-respiratoire


Parmi les situations d’urgence vitale, la plus fréquente est l’arrêt cardio-respiratoire. 
Tout soignant doit être capable sinon de prendre en charge l’arrêt cardiaque dans son entier au moins de pouvoir délivrer les premiers secours qui sont d’importance majeure sans perdre de temps dans l’enchainement diagnostique et thérapeutique.

En effet l’objectif de la prise en charge immédiate en attendant l’arrivée des secours est de réduire au maximum la durée de « No Flow », correspondant à la durée sans circulation, soit sans massage cardiaque.

Une fois le diagnostic posé (patient inconscient, sans respiration et sans pouls), il faut démarrer sans délais la procédure de Réanimation Cardio Pulmonaire (RCP).

Chez l’adulte, si le secouriste est seul et sans matériel, la seule chose à faire est le massage cardiaque, sans ventilation.
> Si un défibrillateur est accessible, il faut l’utiliser.
> Si du matériel de ventilation est disponible avec une bouteille d’Oxygène, il faut ventiler le patient, idéalement avec de l’oxygène, au rythme de 2 insufflations toutes les 30 compressions thoraciques.
Dans ce cas, il faut au minimum 2 personnes pour participer à la RCP.

Dès lors que la RCP est enclenchée elle doit être poursuivie jusqu’à l’arrivée des secours sauf reprise de la respiration spontanée après usage du défibrillateur.

Autres situations d’urgences vitales fréquentes

L’obstruction totale des voies aériennes supérieures
D’étiologie diverse (Allergie, corps étranger, affection inflammatoire, traumatisme), l’obstruction totale des voies aériennes est une urgence absolue qui entraine rapidement une perte de conscience suivie un arrêt cardiaque.
Tant que le patient est conscient, la conduite à tenir consiste à libérer absolument les voies aériennes par des compression abdominales ou thoraciques (femmes enceinte et nourrissons)
En cas de perte de conscience, il fait appeler les secours (le 15 ou le 112) et mettre en place une RCP

La noyade de l’enfant
Si l’enfant est inconscient mais respire : Faire appeler le 15 ou le 112.
Puis, le mettre sur le côté, redresser sa tête et le réchauffer
Si l’enfant est inconscient et ne respire plus : Appelez de l'aide autour de vous et Faire appeler le 15 ou le 112
Puis allonger l'enfant sur le sol (pas de matelas, ni de coussins) et pratiquer le massage 

Les formations

Pour les professions de santé

La formation aux gestes et soins d’urgence (FGSU) comporte deux niveaux. Les objectifs de chaque module sont indiqués dans l’arrêté du 30 décembre 2014 relatif à l’attestation de formation aux gestes et soins d’urgence. Pour ce qui concerne les personnels soignants, l’arrêté fait référence aux professions inscrites à la 4e partie du Code de la santé publique. En clair, il s’agit des :

  • médecins,

  • chirurgiens dentistes,

  • sages-femmes,

  • pharmaciens,

  • préparateurs en pharmacie,

  • infirmiers et infirmières,

  • masseurs kinésithérapeutes et pédicures podologues,

  • ergothérapeutes et psychomotriciens,

  • orthophonistes et orthoptistes,

  • manipulateurs d’électroradiologie médicale,

  • audioprothésistes, opticiens lunetiers, prothésistes et orthésistes,

  • diététiciens,

  • aides-soignants,

  • auxiliaires de puériculture,

  • ambulanciers,

  • assistants dentaires.

Odoo • Texte et Image
Odoo • Image et Texte

Pour les secouristes   


La loi N°2004-801 du 13 août 2004 définit comme secouriste une personne qui peut porter assistance à une victime en mettant en exergue ses compétences et éventuellement le matériel mis à sa disposition. 

Pour être secouriste, il est nécessaire d’être titulaire de l’unité d’enseignement «premiers secours en équipe de niveau 1 ». Cette personne constitue le premier échelon opérationnel participant au secours à personnes. Le secouriste est formé et entraîné à la prise en charge de victimes, d’un accident, d’un malaise ou d’une aggravation brutale d’une maladie.

Pour ce faire, il va intervenir seul ou en équipe, avec ou sans matériel, afin de réaliser les gestes de premiers secours qui s’imposent pour l’intégrité de la victime, et, si nécessaire, en attendant l’arrivée d’une équipe de secours à personne

Nous contacter

Laboratoire labodal

Chemin Jean Vallarino
66680 CANOHES
+33 (0)4 68 36 46 88  
info@labodal.com  

Suivez-nous sur les réseaux sociaux 

   


© 2021 Site institutionnel de labodal